À la recherche de la vérité sur les pensionnats indiens

Il y a quelques chercheurs au Canada qui recherchent la vérité et qui obtiennent de plus en plus de preuves documentées qui démystifient les mythes et la désinformation préjudiciables aux Canadiens autochtones.

Par James McCrae, James Pew et Nina Green

LES CHERCHEURS DE VÉRITÉ sont des Canadiens qui se soucient profondément de faire les bonnes choses pour remédier aux torts que l’histoire a infligés aux peuples autochtones. Ils s’en soucient suffisamment pour ne pas soutenir la propagation de mensonges, d’exagérations et de théories du complot. De tels méfaits font souffrir davantage les peuples autochtones, encouragent l’amertume et nuisent à de meilleures relations avec leurs concitoyens canadiens.

Les chercheurs de vérité posent des questions sur les pensionnats indiens afin de mieux comprendre l’histoire autochtone afin que tous les Canadiens puissent participer à la guérison nécessaire avant de pouvoir avancer ensemble. Mais ceux qui ont remis en question une quelconque partie du récit officiel établi par la Commission Vérité et Réconciliation, le gouvernement fédéral et les médias traditionnels se sont retrouvés soit dans le silence, soit dans l’accusation scandaleuse de s’adonner au négationnisme.

Les chercheurs de vérité ne sont pas des négateurs. Les chercheurs de vérité célèbrent les bons côtés de la colonisation et regrettent les torts. Peser équitablement les deux est un exercice d’objectivité historique. Beaucoup trop d’universitaires d’aujourd’hui donnent la priorité à l’activisme plutôt qu’à l’érudition et se sont écartés des traditions objectives de recherche de la vérité qui se sont développées à partir de siècles de rationalité des Lumières.

Le 12 septembre, un professeur relativement inconnu de l'Université du Manitoba, Sean Carleton , a tweeté un avertissement concernant une « théorie du complot » complètement démystifiée selon laquelle la reine Elizabeth II aurait emmené dix enfants du pensionnat indien de Kamloops (KIRS) pour un pique-nique à 1964, et que les enfants n'ont jamais été revus. Carleton a souligné que cette histoire démystifiée était à nouveau diffusée en raison de l'attention portée à la mort de la reine et a souligné que l'histoire était complètement fausse.

Nous ne pourrions être plus d’accord. L'histoire est une fabrication totale.

Tweets du fil Twitter de M. Carleton.

Sean Carleton a ensuite affirmé : « ... toutes sortes de désinformations sur l'IRS doivent être combattues, pas seulement le déni. » Dans un autre tweet, il a déclaré : « Faire passer la vérité avant la réconciliation signifie donc également remettre en question la désinformation comme la théorie du complot de Queen. »

Encore une fois, nous ne pourrions être plus d’accord.

Ce que le professeur Carleton n'a pas mentionné dans ses tweets, c'est que cette histoire largement diffusée concernant l'enlèvement par feu Queen de dix enfants du pensionnat indien de Kamloops a pris naissance dans le Skid Row de Vancouver dans les années 1990, lorsqu'un survivant du pensionnat, William Combes, lui a dit de un pasteur défroqué de l'Église Unie, Kevin Annett, qui l'a promulgué avant et après la mort de Combes en 2011.

À en juger par ses tweets, l'inquiétude du professeur Carleton était centrée sur la probabilité que, puisque cette « théorie du complot » démystifiée avait pour origine un survivant des pensionnats, l'examen minutieux qu'elle faisait l'objet à la suite de la mort de la reine pourrait jeter le doute sur la crédibilité d'autres histoires racontées par des survivants sur des meurtres, des disparitions et des enterrements secrets dans les pensionnats.

À cet égard, l'inquiétude de Sean Carleton est fondée, car de nombreuses histoires racontées par des survivants au sujet du pensionnat indien de Kamloops (KIRS) poussent la crédulité jusqu'au point de rupture. En plus de son histoire bizarre sur la reine, William Combes a également affirmé qu'il avait vu des bébés être jetés dans le fourneau de l'école et que lui et un autre élève avaient été témoins de l' enterrement nocturne d'un enfant dans le verger de pommiers de l'école.

D'autres anciens étudiants du KIRS ont admis avoir inventé des histoires sur le verger de pommiers. Emma Baker a fréquenté le KIRS entre 1952 et 1956 et, dans une récente interview avec CTV, a déclaré qu'elle et ses amies adolescentes avaient entendu des rumeurs concernant un cimetière, et que « nous ne savions même pas si c'était vrai » et « nous avions l'habitude de faire inventer des histoires selon lesquelles le cimetière se trouve dans le verger de pommiers.

Audrey Baptiste, qui était au KIRS pendant une partie du temps où William Combes y était, a affirmé dans un documentaire de Fifth Estate qu'elle et d'autres étudiants avaient été emmenés lors d'une promenade dimanche matin devant quatre garçons pendus dans une grange .

Doris et Esther Young plus tard avec le révérend Harry Miller à Prince Albert, Saskatchewan, 1956.

Des histoires de meurtre tout aussi bizarres et improbables ont été racontées par des anciens élèves d’autres pensionnats indiens. Doris Young est arrivée avec sa sœur jumelle au pensionnat indien d'Elkhorn en 1944 , alors qu'elle avait trois ans , et y est restée jusqu'à la fermeture de l'école en 1949, alors qu'elle avait huit ans. En 2012, elle a déclaré lors d'une audience de la Commission Vérité et Réconciliation qu'elle et d'autres étudiants avaient été témoins du meurtre d'un camarade étudiant, disant « il y avait tous ces cris et il y avait du sang sur les murs. »[1] En tant qu'adulte, Doris Young, qui aurait nécessairement dû être témoin de ce meurtre entre trois et huit ans si la GRC avait enquêté sur sa plainte. Cependant, comme elle l'a admis devant la CVR, la GRC n'a trouvé aucune preuve qu'un meurtre ait été commis. Néanmoins, la TRC a publié son récit dans son rapport écrit.

Au fil du temps, toutes ces histoires racontées par les survivants sur les enlèvements, les disparitions, les meurtres et les enterrements clandestins d’élèves du KIRS et d’autres pensionnats indiens semblent avoir été confondues avec le « savoir » des « gardiens du savoir » locaux. Comme l'a déclaré le Dr Sarah Beaulieu dans sa présentation du 15 juillet 2021 , sa recherche au radar à pénétration de sol (GPR) dans le verger de pommiers du KIRS reposait sur cette « connaissance », une « connaissance » qui avait presque certainement évolué à partir des connaissances de Combes et d'Annett. exagérations. Aujourd'hui, de nouvelles preuves suggèrent que ce que le radar à pénétration de sol (GPR) du Dr Beaulieu a probablement détecté était l' ancienne fosse septique de l'école , qui comprenait 2 000 pieds de tranchées remplies de tuiles de drainage creuses en argile sous la zone où se trouveraient les tombes anonymes.

Sean Carleton a suivi sa formation professionnelle à l'Université Simon Fraser (BA, MA) et à l'Université Trent (PhD). Outre l'histoire canadienne et autochtone, le « colonialisme de peuplement » et « l'histoire du capitalisme », il a un intérêt marqué pour les bandes dessinées et les romans graphiques . Il enseigne des cours intitulés « Inventer le Canada », « Histoire des pensionnats indiens » et un cours qui plaira à tous intitulé « Getting Graphic with the Past : Comics, Graphic Novels, and History ».

Il a déclaré vouloir « démystifier » les théories du complot. Si tel est le cas, pourquoi s’arrête-t-il à contester uniquement la « théorie du complot » absurde et déjà réfutée de la reine Elizabeth ? S’il croit vraiment que « toutes sortes de désinformation de l’IRS doivent être combattues », alors il doit reconnaître qu’il y a beaucoup de désinformation choquante et flagrante à laquelle il faut faire face dans les histoires mentionnées ci-dessus.

Pourtant, au lieu de s’attaquer à cette désinformation, Carleton, dans un effort apparent pour faire taire quiconque souhaite corriger les archives historiques, exhorte ses partisans à chasser les sorcières de ce qu’il appelle le « déni ». Il écrit : « Si vous voyez des exemples de théories du complot, de désinformation et de déni de l’IRS, veuillez les signaler. Vous pouvez également me les envoyer (DM, e-mail, etc.) car je crée une archive à documenter et à démystifier.

Mais les experts autoproclamés comme Carleton ont-ils un quelconque intérêt à démystifier les histoires bizarres sur les meurtres et les enterrements secrets dans les pensionnats, ou à démystifier les fausses affirmations suivantes ?

(1) La Commission de la CVR, Murray Sinclair, a déclaré aux Nations Unies en 2010 que « pendant environ sept générations, presque tous les enfants autochtones du Canada ont été envoyés dans un pensionnat ». Cette affirmation est fausse. Moins du tiers des enfants autochtones d’âge scolaire ont fréquenté un pensionnat.

(2) M. Sinclair a également déclaré aux Nations Unies en 2010 que presque tous les enfants autochtones étaient forcés de fréquenter des pensionnats. Il existe de nombreuses preuves démontrant qu’il s’agit d’un mythe.

(3) Le registre commémoratif du Centre national pour la vérité et la réconciliation répertorie les noms des enfants « morts ou portés disparus » dans les pensionnats indiens. En fait, la plupart des enfants inscrits au registre sont morts à l'hôpital, à la maison ou dans des accidents survenus dans leurs réserves, loin de leurs écoles. La liste du NCTR comprend le nom d' Helen Betty Osborne, assassinée alors qu'elle était étudiante dans un lycée public. Il comprend les noms des enfants décédés dans des incendies de maisons et d'autres accidents en dehors des écoles. Il comprend le nom d'un enfant dont le père l'a écrasé avec la voiture familiale et le nom d'un garçon décédé lorsqu'un arbre est tombé sur lui dans sa réserve natale, encore une fois loin de son école.

(4) La grande chef de l'Assemblée des Premières Nations, RoseAnne Archibald, a déclaré à la BBC que les pensionnats étaient spécifiquement conçus pour tuer des enfants et que les corps de 1 600 enfants ont été retrouvés jusqu'à présent. En fait, aucun corps n’a été « retrouvé » et il n’existe aucune preuve réelle de telles affirmations farfelues.

Si l’appel du professeur Carleton est de lutter contre la désinformation, les chercheurs de vérité travaillent dur pour y parvenir. Contrairement à certains universitaires militants qui veulent nous faire croire à l’incroyable, les chercheurs de vérité recherchent des preuves documentées et « démystifient » une grande partie du récit officiel, un récit plein d’exagérations, de mythes et de désinformation, un récit qui blesse les Canadiens autochtones.

Pourquoi les universitaires militants ne font-ils pas de même ?

Remarques

[1] Rapport de la CVR, vol. 5, p. 189.


Article précédent Article suivant


  • Joanne Husak le

    Why, after accepting the Truth and Reconcilliation report (Liberal Party under Justin Trudeau), does our government apparently not even bother to acknowledge the misinformation Murray Sinclair told the UN, which is now accepted information? It makes all Canadians look bad and is a major embarrassment that he should be held accountable for. How are Canadians ever supposed to trust their government, supposed authorities such as Murray Sinclair and these so-called knowledge keepers? When I say Canadians, I of course include Aboriginal people.

  • Ken Finlayson le

    Givin the almost ireperable damage from church burnings to setting backing true Reconsileation this misinformation/fabrication and outright lies have spawned, should not the Perpetrators be held responsible? Among A

  • François Riverin le

    Excellent work! Keep being as rigorous as you had been since the beginning of this sad story in the name of historical truth. I don’t understand why CBC and other traditional medias, except National Post, don’t try to get the true story from you, and still use 215 graves number.

  • Jack Morrow le

    Kevin Annett is still frequently cited as an expert, but the United Church of Canada, which is as woke on the subject of natives as anyone, warns against him: https://pacificmountain.ca/kevin-annett/

    https://pacificmountain.ca/wordpress2017/wp-content/uploads/2018/11/Annett-Statement-18-11.pdf

    Here’s the record of the formal hearing recommending his dismissal:

    https://pacificmountain.ca/wordpress2021/wp-content/uploads/KA-Formal-Hearing-Panel-Decision-1996.pdf

  • Jim McMurtry le

    History has the word story in it. The stories about abuse at Indian residential schools are often fictional. Yet over 60 churches were desecrated and school kids were told Christian teachers murdered 1300 students.



Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés